Le thème astral

Le thème astral renvoie à l’astrologie et à l’horoscope. C’est la toute première étape de l’étude de votre cas.

Il repose sur l’étude précise de la carte du ciel telle qu’elle se présentait au moment de votre naissance. Elle s’appuie sur le zodiaque et la position des planètes, des maisons astrologiques. Il s’agit d’une opération relativement complexe.

L’astrologue demandera en premier les éléments précis de votre lieu de naissance, date et heure précises. Ils doivent être très exacts car ces informations peuvent faire varier considérablement les résultats.

Le calcul du thème astral repose également sur de grandes connaissances mathématiques, utilisant des logarithmes entre autres. L’apparition des ordinateurs a été d’une grande aide à cet égard, tout en sachant que cette connaissance et ces études datent de l’Antiquité.

inside-pageLe thème astral est constitué des 12 signes du zodiaque, des 8 planètes du système solaire et de la Lune, des conjonctions qu’elles forment entre elles et des 12 maisons dont la maison1, l’ascendant. Outre les signes du zodiaque, on retrouve dans le calcul du thème astral des éléments traditionnels en astrologie tels que les nœuds lunaires, les étoiles fixes ou encore la domification. La domification (du latin domus pour maison) signifie que la carte du ciel a été découpée en Maisons ou Demeures, en se basant sur l’axe ascendant-descendant. L’axe du milieu du ciel, ou Méridien, est également très important.

Sur la carte du ciel on trouve des éléments récurrents : les Aspects astrologiques. Ils sont matérialisés par des écarts angulaires en longitude mesurés sur les distances entre deux corps célestes. On les retrouve en conjonction si les astres se trouvent dans le même signe du zodiaque. Ils peuvent être en opposition (angle a 180°), en trigone ou trine (120°), en carré ou quadrille ou quadrature (90°), en sextile (60°). Ces aspects sont dits majeurs.

La conjonction correspond soit à de la tension ou au contraire à l’harmonie en fonction des autres éléments. L’opposition revêt un aspect de tension. Le trigone représente l’harmonie, le carré une forte tension et le sextile une harmonie modérée. Bien évidemment toutes ces notions sont atténuées ou amplifiées en position des éléments qui les entourent.

Il existe également des aspects mineurs. Ce sont les mêmes aspects mais repris par moitié : semi-sextile, semi-carré, sesqui-carré et quinconce. D’autres notions vont venir affiner la création du thème astral : l’application et la séparation, les aspects gauches et aspects droits, la durée des aspects, l’occultation, les aspects particuliers. Une fois rassemblés tous ces éléments, l’astrologue peut alors commencer à prédire ou à lire le présent voire donner des indications sur l’avenir du consultant. Il se sert alors des transits qui sont établis à partir des mouvements des astres dans le ciel ainsi que de la révolution solaire, des directions primaires et des progressions.

Le calcul du thème astral sera bien souvent la première étape avant une étude astrologique plus approfondie ainsi que la lecture de l’horoscope. C’est un outil précieux pour favoriser une meilleure connaissance de soi et ainsi pouvoir améliorer les grandes étapes de sa vie.

L’astrologie karmique

L’astrologie karmique réunit deux éléments importants et indissociables : l’astrologie et les principes de réincarnation ou karma. Le présupposé est que vos réincarnations sont visibles dans votre ciel astral. Les personnes et les praticiens qui vont chercher des informations en utilisant l’astrologie karmique adhèrent nécessairement au principe de la réincarnation.

L’astrologie karmique est basée sur la spiritualité orientale et une culture ésotérique importante. Deux noms sont à retenir : Carl Jung et Laurence Larzul. De nombreux auteurs ont également contribué au développement de l’astrologie karmique.

Le principe du karma repose sur le cycle des réincarnations. Le mot « karma » vient du sanskrit, il désigne le cycle des causes et conséquences de l’existence. Il représente tout ce qu’un individu a fait, fait et fera, et c’est en cela qu’il peut influencer la prochaine vie. L’image communément donnée pour expliquer la notion de karma et de réincarnation est l’image de la veste. Pour l’hindouisme, la mort n’est pas plus qu’un changement de vêtement. Le corps, ici l’âme, reste identique, seul le vêtement, ici le corps, change. Il est donc pertinent, si l’on suit cette croyance que nos actions passées aient une influence dans la réincarnation présente. Elles portent en germe les choses contre lesquelles il faut lutter et mieux encore, comprendre, intégrer puis dépasser pour pouvoir évoluer.

inside-pageLe rôle de l’astrologue karmique ne sera pas de flatter l’ego ou de faire culpabiliser par des révélations sulfureuses. Son rôle sera d’éclairer l’incarnation actuelle et de donner un sens à la vie présente. Pour cela il s’appuiera sur les vies passées ou antérieures, autorisant une meilleure lucidité et une bonne compréhension des situations en cours ou à venir.

En terme d’astrologie, les bases restent les mêmes. On reprend par exemple la dialectique des nœuds lunaires autour de l’idée de l’antagonisme régression-évolution. Une dette karmique est à compenser dans la vie présente pour pouvoir s’effacer. Il ne s’agit pas d’une punition mais plutôt d’un moyen de réajuster ses propres comportements afin de pouvoir évoluer.

Le Nœud Sud indique les comportements innés, parle des autres parfois des échecs. On l’étudie en fonction des signes et son sens peut varier en fonction de ceux-ci. Il faudra affiner avec les planètes en conjonction. Le tableau est complexe. A prendre en compte également, tout comme dans l’astrologie traditionnelle, la position de la Lune et du Soleil, les planètes rétrogrades, les Maisons,…

L’étude de l’ensemble de tous ces éléments est très complexe et seul un astrologue karmique peut donner une lecture satisfaisante et répondre à vos questions de façon satisfaisante. L’astrologie des vies antérieures vous apportera une aide réelle et constructive pour comprendre sa personnalité actuelle.

L’astrologie karmique a pour but d’aider dans l’évolution au quotidien et plus largement dans l’évolution des différents karmas et des réincarnations de chaque individu. Pas de culpabilité ni de stress, seule la volonté d’évoluer dans cette vie ci avec la conscience que si des points restent à améliorer, il y aura toujours une vie à venir pour compléter et parfaire au mieux sa mission.

L’oniromancie

Cette discipline est vieille comme le monde. Elle fait partie des arts divinatoires, son but est l’étude du contenu des rêves. On la retrouve dans toutes les civilisations. Pour les Egyptiens par exemple, les dieux auraient créé les rêves pour communiquer avec les hommes. Dans l’Illiade et L’Odyssée, les Grecs, pendant et après la guerre de Troie, scrutent leurs rêves pour connaître les décisions des dieux et savoir d’eux qu’elles sont les démarches qu’ils doivent entreprendre.

Les rêves ne sont pas là pour rien et laissent augurer de nombreuses pistes très précises de notre destin et donc de notre avenir. Objet de fascination, la connaissance des rêves est devenue une véritable science sous la plume de plusieurs chercheurs (Freud, Jung, Boss, Khan, etc.), notamment des neurologues qui étudient l’activité du cerveau durant le sommeil et plus particulièrement les rêves.

Il existe plusieurs types de rêves, des cauchemars aux rêves créatifs et surtout les rêves prémonitoires qui nous intéressent ici. L’oniromancie va permettre d’étudier le contenu des rêves et de répondre à des questions précises.

inside-pageL’oniromancie est basée en réalité sur l’étude des symboles des rêves. L’ouvrage de référence est resté, pendant des siècle, un traité du deuxième siècle avant Jésus Christ : L’Onirocriticon d’Artémidore d’Ephèse. On y retrouve plus de trois mille rêves, tous interprétés. On le confond parfois avec La clef des songes ; il a été en réalité la source d’autres ouvrages portant ce nom.

En résumé, la croyance en l’origine divine des rêves est universelle. Leur utilisation pour prédire l’avenir est très ancienne. On la retrouve également à divers stades dans le chamanisme.

Le premier conseil qui puisse être donné à toute personne souhaitant faire analyser ses rêves par un oniromancien est de garder près de son lit un carnet et un stylo afin de noter ses rêves. Plusieurs éléments sont ensuite à prendre en compte pour la compréhension et l’analyse des rêves : l’impression laissée par le rêve en lui-même, l’échéance du rêve (parfois donnée dans le rêve lui même), les inversions de rêves (rêver de la mort, par exemple, peut être un signe très positif de changement, de renouvellement), les éléments favorables (ceux qui se trouvent sur la droite), les éléments défavorables (ceux qui sont à gauche), les couleurs, les animaux, les personnes rencontrées. Comme on le voit, tous les détails sont importants. Ces interprétations sont parfois très anciennes. La position à droite ou à gauche est par exemple un souvenir de l’Antiquité et des augures. On citera un vol d’oiseaux allant vers la gauche qui annonçait un malheur, et d’ailleurs le mot gauche en latin « sinistra » a donné tous les mots que nous connaissons aujourd’hui autour du mot « sinistre », synonyme de malheur.

Les éléments du rêve ne seront jamais pris dans leur individualité mais dans un ensemble.

Miroir de votre âme, ils sont les vecteurs du divin. Ils apporteront peut-être les réponses à vos questions les plus directes, à condition de savoir bien les interpréter et d’entendre la voix divine…

Médium et oracle

Le terme médium correspond à de nombreuses définitions. En spiritualité, le médium est la personne qui, de façon innée, a des perceptions ou des sensations ne provenant pas des cinq sens.

L’origine de leur don est très controversée. Pour certains il s’agit d’intuition, pour d’autres d’états de conscience modifiés. Quoiqu’il en soit le médium a des facultés hors du commun et peut, grâce à elle, obtenir des résultats parfois stupéfiants.

Les médiums ont connu une grande mode en Europe au cours du 19e siècle. Certains abus ont parfois décrédibilisé la médiumnité, en se rapprochant de la prestidigitation des tours de magie, etc. Des études scientifiques ont même été réalisées pour établir la véracité des phénomènes paranormaux. L’analyse des résultats a provoqué de nouvelles controverses.

Un médium est généralement réputé pouvant servir d’intermédiaire entre les hommes et les esprits. Il est ce que l’on appelle « un canal ». Un des tout premiers auteurs traitant le sujet est Allan Kardec (1861). Ses ouvrages font encore autorité en la matière. Certains médiums peuvent entrer en contact avec les défunts, lire à distance, visionner des objets cachés, entre autres. Certains peuvent prédire l’avenir ou donner les grandes lignes du futur du consultant.

inside-pagePlutôt que perception extra-sensorielle, le nouveau terme en vogue pour médium est « channel », il y a toutefois une différence importante. Le channeling fait appel à des « êtres de lumière », entités angéliques, ou encore « maîtres ascensionnés » alors que les médiums font appel à des esprits, à l’au-delà. Un nouvel engouement pour les médiums et le channeling se développe depuis les années 80, notamment sous l’influence anglaise et le développement du courant New Age. Le bouddhisme fait également appel à l’état de médiumnité et reconnaît l’état de médium. Il existe un Oracle officiel du Dalaï-Lama. La médiumnité est désormais prise en compte dans divers domaines.

Les médiums se divisent en plusieurs catégories, à savoir : les médiums clairvoyants (qui voient des entités), les médiums clairentendants (ils les entendent), les médiums christiques (ils possèdent un magnétisme permettant de guérir, ils se rapprochent des guérisseurs ou des magnétiseurs), les médiums dits à inspiration (les entités leur suggèrent des réponses à leurs questions), les médiums à table tournantes (les entités répondent par des coups dans un table ou un meuble), les médiums écrivains (écriture automatique sous la dictée d’une entité), les médiums peintres (peinture automatique), les médiums à planchette (l’entité répond aux questions du médium grâce à une planche sur laquelle figurent des lettres). Certains médiums prêtent leur corps aux entités. Elles se servent alors de celui-ci pour parler aux consultants. Il y a d’autres sortes de médiumnité mais les cas précités sont les plus fréquents.

Pour lire l’avenir, les médiums se servent de la voyance, l’un des arts divinatoires. Chaque médium a sa spécificité. Il est important de poser des questions claires et précises aux entités qui répondent, quelque soit le moyen de communication. Avec la médiumnité, on entre dans le monde de la foi, il s’agit d’une affaire très intime.

L’horoscope

L’horoscope fait partie de l’astrologie, elle-même petite sœur de l’astronomie. C’est dire que l’horoscope est basé sur l’étude des planètes, des étoiles, de leur position dans le ciel non seulement au moment de la naissance mais tout au long de la vie.

L’horoscope permet de donner les grandes lignes de votre avenir, proche ou lointain, en étudiant les mouvements de la carte du ciel. L’idée majeure est que chaque astre, chaque corps céleste peut avoir une influence renforcée par sa proximité avec tel autre, que la position de la Lune est aussi significative tout comme celle du Soleil.

L’horoscope, l’astrologie sont connus et étudiés depuis l’Antiquité voire les temps préhistoriques. L’horoscope se base sur les signes du zodiaque. Le zodiaque se divise en deux sous-catégories : le zodiaque astronomique et le zodiaque astrologique, celui qui nous intéresse.

Le zodiaque astrologique correspond à la course du Soleil traversant les douze signes astrologiques. Il a été créé dès le 5e siècle avant Jésus-Christ, c’est dire son ancienneté. Ces douze parties sont égales et correspondent chacune à un mois de l’année avec ses variantes.

inside-pageLes signes du zodiaque astrologique sont : le Bélier (21 mars au 20 avril, c’est le premier signe du Zodiaque, c’était le mois du début de la nouvelle année dans l’Antiquité), le Taureau (20 avril au 21 mai), les Gémeaux (22 mai au 21 juin), le Cancer (22 juin au 22 juillet), le Lion (23 juillet au 23 août), la Vierge (24 août au 22 septembre), la Balance (23 septembre au 23 octobre), le Scorpion (23 ou 24 octobre au 22 novembre), le Sagittaire (23 novembre au 21 décembre), le Capricorne (22 décembre au 19 janvier), le Verseau (20 janvier au 19 février), les Poissons (20 février au 20 mars). Chaque signe possède un profil psychologique type qui peut être modifié en fonction de la position de la carte du ciel au moment de la naissance. Bien entendu d’autres influences peuvent également jouer un rôle important et non négligeable, mais le profil d’ensemble reste fixe.

Chacun des douze signes de l’horoscope correspond à l’un des quatre éléments : Feu, Terre, Air, Eau. Ils sont également soit Cardinaux, Fixes ou Mutables. Se superposent les influences des autres constellations, des demeures de la Lune, des degrés symboliques du zodiaque tropical, des maisons, des cuspides (ascendant, descendant, milieu du ciel, fond du ciel), des aspects en longitude, en latitude, des planètes rétrogrades, entre autres. L’étude de l’horoscope, en lien avec l’astrologie, est longue et complexe, elle requiert patiente et dextérité ainsi qu’une bonne mémoire.

De nos jours, l’horoscope peut-être étudié et pratiqué de différentes façons. Il existe des approches complètement différentes : horoscope indien, horoscope chinois, astrologie tibétaine, etc.

Généralement le consultant doit donner sa date de naissance ainsi que son heure précise et le lieu exact. L’astrologue définit alors sa carte du ciel de manière à avoir une vue générale de la personne. Il peut ensuite répondre à des questions plus précises et en affinant donner des directions sur son futur…

La numérologie

 fait partie de ce qu’il est communément convenu d’appeler les pseudo-sciences. Elle est de nos jours utilisée très souvent comme art divinatoire.

En réalité, la numérologie tire ses origines dans des domaines beaucoup plus occultes. On lui attribue des origines multiples mais toutes occultes. Pour certains elle est tirée de la Kabbale et proviendrait de la gématrie, une technique herméneutique traditionnelle juive. Pour d’autres elle est à relier à l’arithmancie de Pythagore, art de divination basé sur les chiffres de 1 à 9.

La numérologie telle que nous la connaissons et pratiquons de nos jours date du tout début du 20e siècle. Le principe repose sur l’idée que les chiffres ont une valeur vibratoire importante. Plusieurs écoles se distinguent. Pour tous, le support est l’alphabet. Chaque lettre est représentée par un chiffre ou un nombre. Les différences se présentent avec le nombre de lettres choisi. Il y a la numérologie la plus commune qui reprend l’arithmancie pythagoricienne, soit 9 chiffres mais pour tout l’alphabet. L’ensemble est basé sur un tableau de correspondance. De 1 à 9 on trouve les lettres A à I, on reprend ensuite la ligne des chiffes de 1 à 9 pour J à R et on termine avec S à Z qui porte bien entendu le chiffre  8.

inside-pageGénéralement on se sert du nom et prénom d’une personne qui définiront le nombre d’expression d’une personne, son caractère, sa façon d’être. Ensuite, chaque support est dédié à un domaine particulier : le nom est lié à l’hérédité, la date de naissance au chemin de vie, etc.

En numérologie dite récursive, il faut ajouter les chiffres correspondants aux lettres. On obtient alors un chiffe global qui donne une réponse instantanée. Pour la lecture liée à la Kabbale, la numérologie se base sur 22 nombres, chaque nombre a alors sa propre définition, sa propre signification. Il existe bien d’autres façons de lire les chiffres et les nombres. Nous nous trouvons ici dans un domaine très ésotérique, très codifié et très complexe. Il dépasse largement les arts divinatoires bien que cette forme soit sa forme la plus populaire et la plus simple d’accès.

Une école particulière veut que les nombres émettent des vibrations très fortes et qu’ils aient un réel pouvoir, outre de divination mais surtout de réharmonisation. On peux rattacher ce sujet au nombre d’or de Vitruve, à Platon, à Léonard de Vinci et à tant d’autres mathématiciens célèbres. Ce nombre d’or représente une proportion qui est le nombre parfait, représentant à la fois l’homme et l’univers, il est dit « divine proportion », c’est le nombre lié à ce célèbre dessin de Vinci, représentant un homme dans un cercle.

Le mathématicien russe Grégory Pétrovitch Grabovoï développe l’idée par exemple que des suites de chiffres émettent des vibrations et que grâce aux combinaisons chiffrées on peut obtenir des résultats aussi bien au niveau de la santé que dans des événements plus larges. On entre alors dans des domaines bien plus larges que la numérologie considérée en tant quart divinatoire.

Les chiffres parlent, il faut juste trouver le vecteur qui correspondra le mieux à vos propres sensibilités.

Le tarot de Marseille

Les cartes de Tarot sont en réalité des cartes à jouer, très populaires depuis le Moyen Äge. Il en existe plusieurs variantes bien que la partition de base reste identique. Les cartes sont au nombre de 78. Elles représentent à la fois des figures (roi, dame, valet, cavalier), un fou et des nombres (de l’as au dix). Initialement, elles sont au nombre de quatre jeux, obéissant non pas à des couleurs mais à des enseignes : bâtons, coupes, deniers et épées. Ces cartes seraient apparues en Italie, mais sans aucune certitude. Les tarots français représentent des enseignes dites françaises : cœurs, carreaux, trèfles et piques, même si elles sont apparues pour leur part en Allemagne au 18e siècle.

Le Tarot de Marseille se base sur les couleurs françaises dites aussi latines, le bâton, la coupe, le denier, l’épée et présente la particularité de posséder une suite supplémentaire de cartes, vingt-deux cartes illustrées d’images allégoriques particulières. Elles sont considérées comme des atouts. On y trouve le Fou, ou le Mat, le Bateleur, la Papesse, l’Impératrice, l’Empereur, le Pape, l’Amoureux, le Chariot, la Justice, l’Ermite, la Roue de la Fortune, la Force, le Pendu, la Mort, la Tempérance, le Diable, la Maison Dieu, l’Etoile, la Lune, le Soleil, le Jugement, le Monde.

Le tarot de Marseille est utilisé dans la Taromancie, une façon de voir l’avenir dans les cartes.

inside-pageOn attribue généralement à l’Egypte l’origine de la lecture de l’avenir dans les cartes du jeu de tarot., mais d’autres y voient une origine juive voire bohémienne, réputé comme étant « le tarot des bohémiens ». Chaque carte symbolise une action, une intention, dans un sens positif ou dans un sens négatif suivant la place qu’elle a dans le jeu tiré par le consultant. La divination et la clarté des réponses dépendra de la personne qui lit les cartes. Il y a aussi des différenciations dans les positionnements des cartes et donc plusieurs écoles de lecture. Il existe des jeux en lignes et en colonnes, ou bien encore en croix.

Dans le cadre de la cartomancie, les cartes sont appelées lames, les lames majeures et lames mineures ou arcanes majeurs et arcanes mineurs.

Les cartes portent toutes un numéro et ont chacune une signification générale qui est modifiée suivant la place de la carte dans le jeu. Par exemple, le monde porte le numéro 21 et symbolise l’ouverture aux autres, au monde voire au cosmos. Si elle est placée à l’endroit elle signifie l’action. Mais si elle est à droite elle indiquera que le consultant doit faire un effort de prise de conscience à ses propres réalités, au monde, aux autres. Si, au contraire, elle se trouve à gauche elle est reliée au passé, à la position et à l’ouverture du consultant face au monde dans le passé.

En bas, elle concerne la richesse personnelle qui exige de la part du consultant une attention immédiate, et en haut elle indique l’objectif qui est à atteindre. A l’envers, elle revêt un aspect plus intime, un processus intérieur. Elle parle d’émotion.

Si le tarot de Marseille est utilisé en voyance, il figure aussi dans l’occultisme, l’hermétisme, l’ésotérisme. Pour ses origines diverses et donc confuses, pour ses utilisations en arts divinatoires, le tarot est très populaire depuis des siècles. Son utilisation est, de nos jours, très fréquente et son apprentissage est raffiné et complexe.

Il est un moyen très apprécié pour la lecture de l’avenir.

La Voyance

La voyance est aussi appelée clairvoyance. Il s’agit en réalité d’une forme de perception extrasensorielle d’objets ou d’événements.

Extrasensorielle signifie que cette perception, cette faculté est en dehors de nos cinq sens. C’est un mécanisme qui peut être inné mais qui peut aussi s’acquérir par des exercices, de la méditation et des techniques adaptées. La voyance offre la possibilité, pour les personnes dotées de cette faculté, innée ou acquise, de percevoir des informations, des situations d’une manière très subtile. Elle permet pour ces personnes, dites voyantes, de prédire l’avenir, de donner des réponses à des questions précises voire d’annoncer des événements à l’échelle mondiale.

Rattachée aux arts divinatoires, la voyance est pratiquée depuis toujours que ce soit en Inde, chez les Grecs ou bien chez les Romains. Elle est interdite dans la Bible sous sa forme dite « mantique ». il s’agit alors de la divination pour laquelle les pratiquants ont recours à des moyens artificiels, par exemple à des charmes, des techniques de sorcellerie, etc.

inside-pageLes arts divinatoires sont nombreux et proposent tous des lectures de l’avenir à l’aide de supports parfois étonnants comme l’acutomancie (divination par des épingles ou des aiguilles), la capnomancie (la divination par la fumée) ou encore la néphomancie (divination par les nuages). Et que dire de la myomancie, la divination par les rats et les souris ? Ils sont des dizaines de supports différents et parfois très exotiques !

Certains scientifiques ont remis en question la voyance et de nombreuses études ont été menées sans donner de résultats tangibles ni dans un sens ni dans l’autre, toutefois le sujet est traité sérieusement et dans des cadres officiels par de nombreuses sociétés, même par les Russes ou encore par les Américains… La voyance peut être aussi appelée divination. Elle propose de découvrir ce qui est inconnu, caché. Elle propose surtout de répondre à vos questions, au quotidien. De nombreux voyants célèbres ont délivré des prédictions sur du très long terme. Par exemple Nostradamus (16ème siècle) a laissé d’impressionnantes prédictions qui éclairent parfois encore l’actualité.

Dans notre quotidien, la voyance, telle que nous l’envisageons, se rapproche plutôt de l’état de médiumnité. Le voyant, ou la voyante, répond aux questions posées par le consultant en se servant parfois uniquement de son ressenti profond. Il peut être aussi guidé par des présences l’entourant : guides spirituels, anges gardiens,… Chaque voyant, voyante, a sa propre façon de procéder. La voyance peut aussi faire appel à divers supports : boules de cristal, cartes, tarots,… Elle inclut parfois la prémonition et même la vision d’événements passés. Ces lectures proviennent d’une mémoire commune et universelle (Annales akashiques ou Archives akashiques), de mondes subtils.

Toutes ces techniques ont un but suprême, aider chacun à avancer sur sa voie, le guider vers son développement personnel, répondre à ses propres questionnements.

Aujourd’hui, les nouveaux moyens de communication tels que l’internet et la téléphonie mobile, par exemple, permettent un déploiement considérable de prestations liées à la voyance et à la médiumnité et il n’est donc plus nécessaire de se déplacer pour être en contact avec un voyant.

L’Astrologie

La définition du mot astrologie nous dit qu’il s’agit du « discours sur les astres », c’est-à-dire la science des astres. Il ne faut pas confondre astrologie et astronomie.

L’astronomie est la science de l’observation des astres, de leur évolution, de leur histoire. Elle peut être complémentaire à l’astrologie et lui donner des bases pertinentes.
L’astrologie est la croyance générale dans le fait que les astres, les étoiles, leur position dans le système solaire puissent jouer un rôle dans la vie de chacun, au quotidien. Il ne s’agit pas de prédictions mais plutôt de donner du sens, aider au développement personnel.
Considérée de nos jours comme un passe-temps, voire une superstition, l’astrologie a longtemps eu sa place auprès des autres sciences, en parallèle à l’astronomie.

inside-pageAstronomie et astrologie remontent à l’Antiquité et même aux temps préhistoriques. La toute première à avoir été étudiée est la Voie lactée dans laquelle de nombreuses mythologies plaçaient des événements fondateurs de leur société, aussi bien les Grecs que les Asiatiques et même les Amérindiens.
Les premiers écrits concernant l’astrologie datent de plus de 5000 ans. On les trouve en Mésopotamie (à peu près l’Irak actuel), dans des textes religieux. Les Grecs, les Romains de même que les Arabes sont alors férus d’astrologie. Elle est considérée comme une science majeure et même les plus grands chefs n’auraient jamais pris une décision sans l’avis de leur astrologue.
Cet engouement s’est poursuivi au cours du Moyen-Âge puis à la Renaissance.
C’est finalement l’église qui va s’opposer à l’astrologie, y voyant des dérives superstitieuses. Le Siècle des Lumières et le rationalisme vont séparer définitivement astronomie et astrologie et envoyer la seconde au niveau du passe-temps.
De nos jours, l’astrologie renaît de ses cendres et un nouvel engouement apparaît avec de nouvelles tendances : astrologie karmique, astrologie humaniste, astrologie psychologique et bien d’autres. On la retrouve également en transversale d’autres pratiques, comme le chamanisme, la prédiction de l’avenir, etc.

L’astrologie repose sur le principe des cycles. Les cycles de base sont : le jour, le mois, l’année et ce qu’il est convenu d’appeler la « grande année », qui dure 25 800 ans… bien entendu pour nous, les jours, mois et années sont plus proches et plus parlants dans notre quotidien.
A ces cycles se rajoutent les cycles des corps célestes, les positions des planètes, des luminaires (le Soleil et la Lune),… plus les événements récurrents tels équinoxes, solstices, éclipses.
D’autres éléments sont pris en compte : les étoiles fixes (les Pléiades, Sirius, Antarès,…), les points fictifs (nœuds de la Lune, Soleil noir, vertex,…), les degrés symboliques mais aussi les signes du zodiaque, les maisons, les cuspides des maisons (comme ascendants, descendants, milieu du ciel, fond du ciel), les éléments indissociables : l’eau, la terre, le feu et l’air. Ainsi que bien d’autres éléments très spirituels qui font de l’astrologie une science complète et sophistiquée.

L’astrologie occidentale divise de nos jours cette science en trois branches : l’astrologie individuelle (thème de naissance), les horoscopes, l’astrologie événementielle (prédiction des grands événements mondiaux).
L’astrologie replace l’être humain dans sa relation avec l’Univers, là où se trouve le sens de la vie.